EXPOSITION – Le temps fulgurant

photo emmanuel siteAvec la reprise des activités, la chapelle Notre Dame des Anges se réjouit aussi d’accueillir bientôt de nouvelles expositions artistiques

Prochaine en date, du 4 au 17 décembre, l’exposition Fulgurances, propose des oeuvres d’Emmanuel Hare.
Le vernissage est prévu dans l’après midi du 10 décembre.
“Ma première exposition à la Chapelle Notre Dame des Anges et au Forum 104 en mars 2015 avait pour titre « Asies ». Je voulais témoigner de ma passion pour ce continent avec des tableaux rouges, noirs et or comportant certains matériaux symboliques de l’Asie tels que le riz, le bambou ou la feuille de lotus.
Cette deuxième exposition, programmée du 2 au 16 octobre 2017, aura les mêmes couleurs, les mêmes peintures, mais projetées de manière fulgurante sur du papier. Quelquefois elles sont le fruit du hasard, mais plus souvent elles sont le résultat d’une idée mûrement réfléchie.
Elles ont, elles aussi, un rapport à l’Asie, avec ses maîtres de l’encre qui tracent leurs œuvres en quelques secondes après avoir longtemps médité. Ces œuvres n’auront pas de titres. Les visiteurs seront libres de s’en inventer.
Emmanuel HARE”
Advertisements

ETE – Fin de séjour au Bénin

IMG_0939Des nouvelles de S. partie au Bénin et rentrée depuis, après un mois à s’occuper des enfants de l’orphelinat tenu par les soeurs de Mère Térésa.

Déjà une semaine de passée et la dernière avant le départ de dimanche. Pas simple de quitter tous ces petits bouts… Mais voilà toutes les bonnes choses ont une fin, hélas. Hier je suis partie visiter la route des esclaves au temps des Espagnols, période peu glorieuse .
La journée s est aussi terminée par la visite du temple des pythons qui sont des animaux sacrés au Bénin. C’est un temple vaudou qui est très répandu ici. J’ai pu voir un arbre sacré de 600 ans, un iriko. J ai vu aussi 4 variétés d’hysope qui est une plante très utilisée dans la pratique vaudou pour la purification. Cela me rappelle le psaume 50 !
Il y a là une chambre où une centaine de pythons dorment tranquillement et le cimetière.Ils sont enterrés dans des cercueils. Ils mangent une fois par mois. Je n étais pas trop rassurée de rentrer dans la chambre..Mais bon je n’y suis pas restée longtemps. J’ai évité la photo avec un python autour du cou et la bise à celui ci. Rien que d’y repenser, j’en ai des frissons… Roro, Philipou et les enfants vont bien. J’ai l’impression que les enfants sentent que je vais bientôt partir car ils me suivent à la trace. Hier, j’ai pu goûter à de la peau de bœuf frit dans une sauce à l’huile de palme… Ce n’est pas mauvais mais un peu dure sous la dent. Voilà pour les nouvelles.

INFOS : on se retrouve bientôt

DSCF0108La chapelle reprend son rythme ordinaire à partir du 3 septembre (messe à 10 h 30 et 19 h)

Mais la présence de jeunes religieux assomptionnistes permet une ouverture anticipée : le 27 aout, une messe dominicale sera donc célébrée à 19 h. Et idem pour une messe de semaine le mercredi 30 aout à 18 h 30. Cette dernière sera présidée par le nouveau provincial assomptionniste (arrivant du Togo), et sera l’occasion pour les jeunes religieux en formation de renouveler leurs voeux.

Bienvenue à chacun.

SOLIDAIRE – Fête nationale au Bénin

IMG_1071Quelques nouvelles supplémentaires de Sandra, amie de la communauté NDA, qui passe quelques semaines au Bénin, dans l’orphelinat animé par les Soeurs de la Charité.

Aujourd’hui, c’est la fête nationale au Bénin, défilé à la TV et repas de fête pour tous : du pain à l’avocat et à la sardine, des arachides à l’eau , des bananes..Un vrai régal
Ici tout va bien. Une petite Thérèse est arrivée dans la semaine. Sa maman est hospitalisée et son père ne sait pas comment s’en occuper et la deuxième femme du papa ne veut pas garder Thérèse. Du coup, l’orphelinat est un relais en attendant que la mère biologique de Thérèse aille mieux. Philipou et Roro sont sur le chemin du départ vers leurs parents adoptifs. On les prépare à manger avec la cuillère et non à la main. Les repas sont folkloriques mais c’est un passage obligé. De même, on les met au lit pour qu’ils s’endorment. Adieu le dos des mamans pour l’endormissement.
Ce soir, il y a un feu d’artifice au port près de la plage. J’irai peut-être si je trouve un zem (moto taxi) qui ne va pas trop vite …

 

QUARTIER – La violence ordinaire près de chez nous

Square Delambre.png

Ça se passe à quelques pas de chez nous. Au square Delambre, à quelques centaines de mètres de la chapelle Notre Dame des Anges, un drame sordide de la violence conjugale, au cœur de l’été.

C’est l’histoire d’un couple de 37 et 34 ans, parents d’une petite fille. Suite à la “disparition” de la maman, la famille s’inquiète et fait intervenir la police. L’enquête découvre rapidement le drame : après une dispute conjugale, la jeune femme est frappée et laissée pour morte. Puis le corps de la jeune femme qui était aide-soignante à l’hôpital Saint-Antoine (XIIe) est cachée dans une poubelle dans les sous-sols de l’immeuble.

Un article du Parisien donne notamment la parole à la soeur de la victime qui raconte le drame

 

 «Elle avait trouvé son compagnon sur un site de rencontres, indique sa sœur. (…) Il la menaçait. Elle avait perdu 20 kg après l’accouchement. Il l’isolait, la coupait de tout le monde. Ma sœur était devenue un robot. Les rares fois où il la laissait sortir, elle devait lui envoyer une photo de son smartphone pour lui prouver qu’elle était bien à l’endroit prévu. (…) » L’homme en question n’avait pas de «profession connue». Il était connu des services de police pour vols, conduite sans permis, port d’arme, violences, stupéfiants, menaces. La victime, elle, n’avait jamais porté plainte pour violences conjugales. «Elle l’aimait».

En France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint.

Nous pouvons prier pour cette femme et sa famille. Et être peut être un peu plus encore à l’écoute de ces violences domestiques dans notre quartier…

DL