SPIRITUALITE – Intérieurs parisiens

2018 CIEL Nathalie

Credit : Nathalie Ciroux

Dans quelques semaines, l’université européenne assomptionniste proposera une réflexion sur le thème de l’intériorité. Comment se préparer à ces trois jours ? En s’inscrivant, certes. Mais aussi…

peut être en lisant la réflexion stimulante du philosophe Alexandre Jolien

Quelle serait votre définition de l’intériorité et les voies pour l’enrichir sinon la préserver?
A la suite de Maître Eckhart, Bergson avec bien d’autres distinguent le moi social et ce qu’on pourrait appeler le fond du fond. L’intériorité, à mes yeux, procède précisément de cette profondeur de l’être humain, au-delà des rôles sociaux et de l’agitation du mental. Il y a en nous une part indemne qui résiste aux traumatismes, aux épreuves de la vie, aux coups du sort. Définir l’intériorité, c’est toujours encourir le risque de retomber dans des étiquettes qui sont le propre du moi quand, ce qui fait sa nature est précisément d’échapper à toute possibilité de prise, d’emprise. C’est assurément l’une des vocations de la vie spirituelle : abandonner le mode du pilotage automatique, quitter le jeu des réactions passionnelles pour oser une liberté. La méditation, la prière, sans les instrumentaliser et en faire des recettes ou des baguettes magiques, y conduisent comme par la main, me semble-t-il. D’où la nécessité d’inaugurer un art de vivre, de pratiquer des exercices spirituels, d’oser la déprise de soi et le don généreux. Car le rapport à l’autre, la rencontre nous enracinent aussi dans l’intériorité en nous apprenant que nous sommes des êtres de liens, tournés vers les autres, tournés vers le différent et le semblable, l’altérité.

Comment les philosophes en donnent une approche stimulante? Quels sont les maîtres en la matière?

Continue reading

Advertisements

LOUANGE – A Toi Dieu !

TEPeut être vous souvenez vous de John Featherstone que nous avons déjà rencontré à plusieurs reprises à la chapelle Notre Dame des Anges ? Il vient de réaliser un magnifique Te Deum qui sera présenté en France le 14 octobre prochain. N’hésitez pas à venir découvrir ce très beau travail musical et spirituel

Le Te Deum est un hymne de louange du 4e siècle, mis en musique par John de manière trilingue. C’est un texte rempli de force et de beauté. Pour ce concert unique à Paris, la Bath Camerata nous rejoint depuis GB. Des professionnels de la scène jazz-gospel anglaise et française et 4 musiciens complètent l’équipe. Pour ceux d’entre vous de la région Parisienne qui pensent venir au concert, nous vous invitons à réserver à l’avance sur le site Billetweb.La réservation vous garantit une place puisque le nombre est limité.
Cela nous permet d’estimer les progrès des ventes et de communiquer en fonction.
L’achat d’un billet à l’avance est un acte de soutien et de solidarité qui va faciliter notre trésorerie. Vous pouvez imaginer l’investissement majeur de la part de l’association pour l’enregistrement et pour le concert de lancement… Alors, merci beaucoup !